Bienvenue pour ce nouveau format d’article qui a pour objectif de vous partager les discussions écoutées ou lues durant la semaine !

Cette première chronique des tiers-lieux portera sur le tiers-lieu pour lutter contre l’isolement. 

Pour commencer je vous invite à regarder le Café Freelance du 29/11 sur « Seul c’est bien, ensemble c’est mieux » :

Cette assertion, « Seul c’est bien, ensemble c’est mieux », résonne sur le même registre que l’article « Working alone together: coworking as emergent collaborative activity » écrit par Clay Spinuzzi (Spinuzzi, 2012) ou le livre de Sherry Turckle (dont voici un TedX, en anglais). Dans tous les cas, l’idée est de construire son environnement social professionnel.

Luttant contre les dérives de l’isolement entrepreneurial, et pour éviter le burn out de l’entrepreneur, les espaces de coworking sont une réponse aux problématiques d’isolement non choisi. Mieux que le salariat dans lequel on ne choisit pas toujours les collègues avec qui on va travailler, l’entrepreneuriat offre cette liberté de choisir ses partenaires et associés pour aller au bout de ses projets !

Les tiers-lieux ne sont pas des lieux uniquement faits pour travailler et cette lutte contre l’isolement rejoint aussi les problématiques sociales du XXIème siècle : lutte contre l’isolement des personnes âgées, des personnes non salariées mais pas forcément entrepreneuses, des personnes en difficultés d’insertion, etc. L’exemple des Grands Voisins a fait date dans le monde du tiers-lieu, ouvrant une nouvelle page : le tiers-lieu éphémère. Mais ce sera l’objet d’une prochaine chronique !

Les tiers-lieux, donc, sont un espace de vie sociale qui permet de répondre au besoin primaire le plus naturel de l’homme (en tant qu’animal social) : l’interaction humaine. Que ce soit pour développer sa conscience citoyenne ou pour apporter ses compétences à sa communauté de voisinage, le client (ou membre) du tiers-lieu est avant tout un humain comme les autres ! Il apporte sa contribution et reçoit celles des l’ensemble des membres de la communauté du tiers-lieu. Ainsi, tout le monde est bienvenu dans les tiers-lieux et c’est ce qui fait la force de la communauté !